• 21 septembre
    • Le Neuromarketing est également une question de culture

    Le Neuromarketing est également une question de culture

    Lorsque vous tapez Neuromarketing dans Google, il est fort probable que vous serez rapidement confronté avec des scanners FMRI, courbes EEG et autres manifestations des neurosciences. Cela pourrait vous laisser l’impression que seuls les scientifiques hautement qualifiés ont accès à ce domaine, un groupe sélectif d’initiés qui comprend les secrets du comportement de l’homme grâce à l’interprétation de flux de données provenant d’instruments spécialisés.

    Les sociétés de service dans le domaine de Neuromarketing peuvent être tentées de baser leur modèle d’affaires sur l’utilisation de ces « formules secrètes et exclusives » tout en laissant leurs clients bredouilles. Lorsqu’au forum mondiale de la NMBSA (Neuromarketing Science et Business Association), quelques unes de ces sociétés se plaignaient que leurs affaires se développaient très lentement, je n’étais pas surpris.

    Je pense qu’elles ont oublié que le Neuromarketing c’est également une question de culture et cela sur différents niveaux. Premièrement, du point de vue sociologique, le succès de notre développement économique est basé sur la croyance culturelle que nous « maîtrisons » et donc contrôlons notre environnement. Lorsqu’il s’agit de modèles d’affaires qui se basent sur des secrets et mystères, il y a manifestement un problème de compatibilité avec cette valeur culturelle.

    Un deuxième aspect important à considérer est le fait que le Neuromarketing introduit une révolution culturelle. En effet, cette nouvelle discipline se base sur un nouveau paradigme quant à notre compréhension globale du comportement de l’homme, et donc bien plus que le comportement d’achat. Le “ego cogito sum” (je pense donc je suis) est sérieusement mis en cause par le nouveau paradigme qui redonne un rôle centrale à nos émotions dans les processus décisionnels.

    Je suis profondément convaincu que la technologie et la science ne suffissent pas au Neuromarketing. Les managers et dans un sens plus large l’être humain a besoin d’outils et concepts pour intégrer le nouveau paradigme et réhabiliter la partie non-consciente de notre cerveau. Avec notre outil d’observation, le NeurOrchestra nous avons voulu amener notre humble contribution à cette évolution culturelle.